dernière mise à jour 25 octobre 2022

          ARCC

Lotissement Cordélia

24 impasse Ah-Thon

 97411 B.D.N. St PAUL

et jumelée avec

L'ARCC est membre de la

venez nous rejoindre sur notre page

POUR REVENIR, PAR LE TEXTE ET L'IMAGE SUR UN WEEK-END FORMIDABLE DANS LES HAUTS DE SAINT JOSEPH

Notre Ami Jean Pierre a encore une fois fait des merveilles, avec ses diaporamas. À voir absolument en cliquant ICI 

Sortie des 3 et 4 décembre 2022Grand Coude nous voilà

 

 

Qu’allions nous faire là-haut ?  C’est l’habitude de prendre deux jours ensemble chaque fin d’année dans le cadre de notre association l’ARCC. Rien de bien méchant à venir…

 

Arrivée samedi vers 09H pour les premiers,

 

 

Première activité prévue vers 10H marche vers les trous de Cissia, petite collation en cours de chemin, retour pour visite du labyrinthe de thé et vers 16h visite possible du domaine avant repas festif et ensuite repos bien mérité.

Le lendemain réveil et petit déjeuner à la cool avant la messe dans la petite chapelle puis re descente vers les bas.   Tout est OK … du moins « Y prétan » ….

 

Je vais ici, vous conter la véritable histoire d’un groupe en goguette, car il ne saurait y avoir mensonge entre nous membres de l’ARCC un groupe parrainé par Mgr L’évêque lui-même.

 

Donc vers 10h ce samedi, belle matinée, 30 personnes prennent le chemin vers les trous de Cissia. Nous empruntons la route de Gand Coude pour bifurquer sur le chemin, mais

après un ou deux km point de chemin, renseignement pris nous retournons sur nos pas et refaisons connaissance avec la route mais en sens inverse. Certains diront que c’était

un échauffement.

Enfin un vrai chemin, des marches, encore des marches, enfin des marches, mais nous parvenons à proximité d’un des trous de Cissia. Pour les plus téméraires c’est 10 mn de marche(s) pour visualiser le trou. Pour les autres c’est tout réfléchi nous ferons la descente par le sentier opposé qui longe les remparts de la rivière du même nom. Enfin une belle vue sur la montagne et la rivière tout en bas et un terrain en pente douce. Nous parvenons au village. Il est l’heure de manger ce que nous portons dans nos sacs depuis ce matin. C’est le parvis de la chapelle qui nous accueille.

Comme toujours les petites douceurs qui circulent de bouche en bouche et les plaisanteries fusent de bonne humeur.

Pause raisonnable car nous devons arriver avant 14H pour la découverte de la maison du thé et de son labyrinthe. Alors en avant …

14H notre guide se présente : il est jeune, costaud, jovial, il a le verbe haut et la parole facile. Nous sommes venus parcourir quelques bosquets de plantation de thé au travers d’un labyrinthe avec à la clé une petite tasse de thé. Non, non, non !

Ce seront deux heures de stage sur l’histoire et l’évolution du thé à la Réunion sans omettre les tentatives café Bourbon pointu les arrachages des champs, les replantations. Tout sur la collecte du thé le choix des qualités l’effeuillage, la macération, la distillation…

Le guide à lui seul est un virtuose à découvrir, il retient toutes les questions auxquelles il répondra au fur et à mesure de sa présentation, Nous sommes attentifs et conquis.

Suite de la visite de la forêt des théiers et la zone plantée pour la collecte et nous sommes toujours suivis par des dizaines de poules et coqs qui nettoient et désherbent de façon BIO la production.

N’oublions pas la tirade sur les vertus médicinales, les comparaisons avec des thés de grande surface (pouah pas bon) jusqu’à ce que nous soyons conviés à la dégustation. L’espoir renait nous allons nous poser. Nous asseoir oui, nous poser non. Déguster c’est différencier le Thé Blanc, le Vert et le Noir.

Apparemment du plus léger au plus corsé. Chacun de nous a sérieusement dégusté et gouté les trois thés tour à tour et conclu ou pas avoir bien suivi les conseils de températures et de durée de passage dans l’eau chaude.

Avec respect et malgré mon rapport de la visite sous un aspect taquin, nous avons tous été sensibles à la densité des informations qui nous ont été distillées pendant près de deux heures ;

 

Et bien oui il est 16h quand nous commençons à remonter vers le gite pour la visite de son domaine. Ce sera trop tard et la visite reportée au lendemain matin.

Les plus courageux à pied retrouveront le gite vers 17H après plus de trois quart d’heure de marche. Et oui vous lisez bien nous usons jambes, genoux et mollets depuis 10H ce matin.

Analysons la situation : au programme 3/4 km et 2/3H de marche pour 200 m de dénivelé. Au réel près de 12km et 6H de marche pour plus de 700 m de dénivelé

Eh bien croyez-moi c’était plutôt la satisfaction pour tous. ULTREIA ! Viva l’ARCC.

 

Petit regroupement devant le gite, le temps de se compter, quelquefois qu’il y aurait des défaillances sur le trajet puis direction les sanitaires pour des ablutions diverses…

 

Progressivement retour de tous non loin du lieu de l’apéritif. Les dames et les messieurs s’étaient faits beaux, cela respirait la journée bien accomplie mais pas encore terminée.

Alors que les verres se remplissaient avec beaucoup de saveurs locales les participants n’hésitaient pas à échanger leur journée, leurs histoires, leurs souvenirs…

C’est alors qu’est apparue l’étrange personnage en ces lieux. Pour tout vous dire une hôtesse de l’air tout de bleu marine vêtue, petits talons noirs et chignon relevé gainé d’un turban. Elle était jeune plutôt jolie et commença à nous parler en des termes légers, cocasses, étranges. C’était une compagnie aérienne de notre région et au fil de ses propos beaucoup d’entre nous se sont vu rappeler leur engagement dans cette société aérienne. Étions nous « en l’air » ou « sur un nuage » ?

Mais durant quelques instants nous avons été suspendus aux lèvres de cette hôtesse qui sentait bon la surprise et l’évasion. Il nous a semblé la connaitre, alors disons lui merci et peut être à une autre fête.

La guitare et les chants reprennent…

Nous sommes conviés au repas du soir, le bienvenu pour nous qui sommes sur nos jambes depuis très tôt ce matin. Copieux et bon et toujours dans la créolité que nous aimons.

Peu après la musique nous appelle. Question chants nos hôtes se sont mis à notre portée et chacun a pu se livrer à pleine voix voir plus, parfois proche du cri de joie collectif. Des couples étonnants (de chanteurs) se sont formés…

N’oublions pas les quelques ségas dansés par de nombreux experts sous les yeux étonnés d’un couple de jeunes allemands impressionné par la spontanéité et la cohésion de notre groupe. Il se demandait dans quels autres pays il pourrait voir cela.

 

Vers10H, tout doucement le sommeil s’est rappelé à notre bon souvenir, la salle s’est vidée et Morphée nous a envahies.

 

Dimanche vers 6H30/7H premiers mouvements ....

Certes tôt le matin certains pèlerins n’ont pu s’empêcher de sauter dans leurs chaussures et de parcourir la campagne, mais en vue d’un petit déjeuner à 08H chacun a pu prendre son temps.

Dans la continuité de la veille il nous fallait organiser la suite des activités de la journée ;

Trois options : la visite du domaine du gîte/ la messe/une petite promenade dans Grand coude.

Finalement les trois options apparaissaient comme satisfaisantes, simples, voire habituelles.

Et bien encore une fois rien de tout cela : je vous raconte.

Premier groupe deux heures de visite du site du gite qui a fait découvrir les efforts des gens des hauts dans l’accueil, la culture et le développement. Les plantations de la Réunion, l’environnement de Grand Coude …

Deuxième groupe deux heures avec pour point d’orgue la visite du jardin des bestioles.

Il faut visiter cette propriété qui est parsemée d’insectes, serpents, tortues abeilles et autres à découvrir dans des endroits parfois bien cachés. Ce site permet aussi de pique-niquer sous les arbres dans une verdure généreuse.

Troisième groupe la messe : prévue à 10H la chapelle s’est remplie bien avant et la célébration a duré jusqu’avant midi

Deux chorales, des écrans pour les paroles, une convivialité familiale des gens des hauts. Ceux qui ont participé à cette messe vous diront combien ils ont été touchés par la ferveur commune. Le partage pour nous adhérents de l’ARCC cela nous rend heureux

 

Dimanche midi :

Pour une quinzaine de personnes avant de reprendre la route un regroupement Chez JO restaurant de Manapany nous avons partagé les barquettes locales.

C’était chaud (le soleil) et aussi le début de la séparation après des jours passés ensemble. Vers 14H fin de la séance.

 

Je glisse au nom des participants un merci à tous ceux qui depuis des semaines pas à pas ont organisé ce regroupement qui nous a valu bien des joies et des surprises. Merci

 

Dominique