nombres de visiteurs

compteur de visite

Membre de la fédération française des associations des chemins de Compostelle

dernière mise à jour le 22 novembre 2019

Le camino del norte entre Bayonne et Santander

juin et juillet 2019

A la cathédrale de Bayonne, un accueillant très accueillant (mais peut-être zélé ?) recommande d'acheter la crédentiale « officielle » de la Fédération (FFACC) , la seule, dit-il, qui permet d'obtenir la Compostella à Santiago... Dommage pour la crédentiale made in Reunion qui me suit depuis le chemin de Paris Tours Bordeaux et qui a encore des cases vides... Des cases vides... ? comme si je n'en avais pas assez...

En chemin ou plutôt sur les trottoirs des villes traversées, Biarritz, Guéthary...un détour dans ce curieux cimetière des Bernardines....

toutes les photos CG

St Jean de Luz où à l'église auraient pu nous attendre Louis et MarieThérèse mais, trop tard , le royal mariage c'était bien en juin, mais en 1661 .. Ah ! L'espace-temps..

 

 

Hendaye, la côte est belle mais le bitume est brûlant, on entre en Espagne par

le puente de Santiago sur la Bidassoa.

 

 

L'étape sur Irun est longue et fatigante, au gîte, les 60 pélerins seront réveillés par une douce berceuse basque... ailleurs ce sera des bandas.

Aller à San Sebastian, même en contournant le Mont Jaïzkibel, n'est pas non plus de tout repos.

Une traversée en bateau de quelques minutes, (il y en aura d'autres, l'estuaire de Pasaia...) évite bien des km de côte, depuis le Moyen Age, les « passeurs » attendent les routards de Dieu.

 

Zarrautz....sur la mer Cantabrique, on y descend par un curieux ascenseur panoramique.

Encore quelques étapes difficiles, montagnes basques, montagnes russes, mais panorama superbe, rencontres vachement agréables, chevaux, moutons...

Le gîte de Deba , c' est l'ancienne gare, bien aménagée, pleine de monde, et c'est , comme assez souvent sur cette portion de camino del norte « donativo ».

Markina Xemein, berceau de la pelote et son église construite autour de 2 rochers

Nuit au couvent des pères Carmélites. Que de générosité de la part des hospitaleros !

Après Markina, les dénivelées sont plus douces, forêts de pins, chênes, eucalyptus, l'Euskadi est magnifique ! Il faut laisser son « espagnol » pour déchiffrer l'Euskarra » car tout est écrit en langue basque.

Tableau de Picasso, après le pilonnage de la ville de Gernika par les Allemands copains avec Franco, en 1937... St Jacques n'avait pas vu le coup venir !

Pas possible de visiter le musée de la paix, c'est fermé le mardi... mais on peut voir l'arbre de la liberté...un chêne replanté récemment.

Lezama, petit village sans charme mais avec une albergue municipale confortable, merci !

Bilbao et son patron St Jacques, son joli quartier historique, son « chocolate con churros » (çà se mange), son « marmitako » (çà se mange), son fameux musée Guggenheim, sa sculpture l'araignée de Louise Bourgeois (elle l'a appelée « Maman », ça ne se mange pas)

 

Castro Urdiales, station balnéaire agréable,avec son impressionnante église forteresse, prépare

la fête de San Pélagio. Là encore se ressent le « buen vivir » de l'Espagne.

Liendo, Santona célèbre pour ses fameux anchois, Laredo, encore des plages, larges , longues, des points de vue superbes, et bien sûr, des traversées en bateau pour contourner les embouchures.

 

Vers Guëmes, étape mémorable chez le père Ernesto qui nous accueille dans son beau gîte associatif, la casa del abuelo, discours en V.O. et traduction simultanée grâce aux 50 pélerins venus des 4 coins du monde, et repas communautaire.

Santander en Cantabrie où nous prévoyons d'arroser dignement et religieusement la fin de ce périple, au vin de Chacoli .... Hélas ! un orage des plus violents dans la soirée et le projet tombe à l'eau.... !!!

Comme toujours, quel dommage de s'arrêter déjà.... Adios,Guipuzkoa, Biscaye, Cantabrie ! Vite, la suite vers Santiago... Reste un peu moins de 500km (?) par Gijon, Ribadeo,Baamonde...

Sortir encore de sa coquille .... Ultreïa !!!!!